Le spécialiste du temps
péri et extra scolaire sur mesure

L'accueil des enfants
L'accueil des enfants

toute l'année

La pause méridienne
La pause méridienne

temps fondamental

Les ateliers
Les ateliers

après et pendant la classe

Gestion peri et extrascolaire
Gestion peri et extrascolaire

enfance et jeunesse

La pause méridienne est un temps fondamental pour le bon vécu de la journée scolaire mais c’est aussi peut-être le temps le plus difficile à gérer pour l’équipe d’encadrement. Les adultes doivent d’abord assurer la sécurité physique et affective des jeunes c’est-à-dire des fonctions de surveillance en élémentaire et un accompagnement pendant les repas pour les maternelles

L’équipe doit aussi enrichir le vécu quotidien, tout en respectant le rythme biologique différent des maternels et des élémentaires.

L’accueil de la pause méridienne s’appuie sur nos valeurs éducatives pour défendre deux buts:

  • La responsabilisation des enfants dans leurs actes, la vie quotidienne et collective,
  • L’épanouissement des enfants par l’ouverture d’esprit dans la découverte des autres, du monde, de la culture, et le respect de leur rythme biologique, sur ce temps qui doit rester, tant que possible, une pause dans la journée scolaire.

 

Objectifs

Faire prendre conscience aux enfants de l’importance du déjeuner pour le reste de la journée

actu1

Bien souvent, les enfants mangent, soit parce qu’ils ont faim, soit parce que les adultes leur disent de manger. Il est donc nécessaire d’expliquer aux enfants l’importance des repas. Durant la pause méridienne, il est nécessaire de leur expliquer l’importance du déjeuner et l’impact du « bien manger » sur leur croissance et leur fatigue.

 Comment ?
  • Questionner les enfants (ex : Combien y-a-t-il de repas par jour ? Pourquoi est-ce important de bien manger ? Que risque-t-il de se passer si l’on ne mange pas suffisamment ? ...)
  • Découvrir les besoins du corps humain
  • Demander aux enfants s’ils connaissent les aliments du jour
  • Présenter les aliments et leur catégorie et démontrer l’importance de ces derniers

 

Faire découvrir à son palais de nouveaux goûts, instaurer un climat de confiance

actu2On sait tous, que l’alimentation est une éducation à part entière et de tous les instants, que ce que l’on ne connaît pas ou mal nous inquiète, est difficile. De même, selon la manière dont il est cuisiné, on peut aimer ou pas un aliment.

Le palais à besoin de s’initier aux goûts pour pouvoir les apprécier ; « ce que je n’aime pas aujourd’hui, je l’aimerai peut-être demain » car mon palais se sera habitué. Il est donc important de goûter un aliment pour le découvrir ou le redécouvrir.

Certains enfants, ayant déjà goûté plusieurs fois et n’ayant pas aimé, ont beaucoup de mal de continuer à faire l’effort de goûter. Pour cela, il est nécessaire d’instaurer un climat de confiance enfants - adultes, (si l’on force les enfants à manger une trop grosse quantité, ils risquent d’être pris d’un sentiment de dégoût avant même d’avoir goûté), pour qu’ils comprennent qu’on leur demande de ne goûter qu’une infime quantité et que les adultes ne les forcent pas à manger.

Comment ?

  • Demander aux enfants de goûter un tout petit peu à tout.
  • Ne pas forcer un enfant à manger pour éviter le dégoût.
  • Savoir faire preuve de patience.

 

Apprendre à apprécier un repas en toute tranquillité

actu3

Les deux éléments les plus difficiles à gérer durant le temps du repas sont le bruit et l’excitation des enfants. En effet, les salles sont bruyantes, les enfants sont nombreux, ils sortent de classe, ont envies de jouer et la fatigue de l’intensité de la matinée commence à se faire sentir. Pourtant, il est important que le repas soit un moment de détente à part entière afin de favoriser le repos, la digestion et les échanges. Il faut donc faire le nécessaire pour que le repas se passe dans le calme.

Comment ?

  • Expliquer aux enfants l’importance de manger doucement.
  • Faire comprendre aux enfants que s’agiter à table n’est pas bon pour son estomac.
  • Demander aux enfants de ne pas parler trop fort à table et de se tenir correctement.
  • Expliquer aux enfants que le repas est un moment d’échange et de discussion.

 

Éviter le gâchis, apprendre le partage

actu4

À la maison, quand il reste à manger, il est possible de mettre les restes au réfrigérateur puis de les manger ultérieurement. Dans les cuisines de collectivité, la réglementation impose de jeter tout ce qui n’a pas été consommé. Les cuisinières calculent les quantités selon des règles très précises en fonction de l’âge des enfants et de leurs besoins nutritionnels. Lorsque les enfants arrivent à table, ils ont faim, mais ne se rendent pas compte des quantités, ils ont donc tendance à en mettre beaucoup dans l’assiette et ne pas forcément penser au dernier enfant qui se sert.
Résultat !!! Les assiettes ne sont pas finies et le dernier enfant à se servir n’a plus suffisamment (surtout si ce sont des frites car, en général, « la ratatouille, il y en a toujours assez pour tout le monde » !!!).
Il est donc important de responsabiliser les enfants sur le gâchis dans leur assiette et la notion de partage.

Comment ?

  • Expliquer aux enfants que s’ils en prennent un peu, ils pourront en reprendre.
  • Démontrer aux enfants que s’ils en prennent de trop, les autres n’auront plus assez.
  • Demander aux enfants de finir leur assiette.
  • Demander aux enfants de finir leur pain et donc savoir leur en proposer la moitié d’un morceau.
  • Inciter les enfants à finir leur verre d’eau (boire est important).

 

Favoriser l’autonomie

Le temps du repas doit aussi être un moment de la journée pendant lequel on aide l’enfant à grandir et à devenir autonome. Pas toujours facile quand on est petit de tenir correctement ses couverts, de couper sa viande, de se servir sans renverser, mais ce qui est sûr c’est que c’est en essayant que l’on apprend. Alors, nous nous attachons à développer leur autonomie tout au long de l’année, bien conscients que c’est un travail de longue haleine.

Comment ?

  • Laisser l’enfant se servir seul tout en étant présent et vigilant à la quantité qu’il met dans son assiette.
  • Lui montrer comment se servir.
  • Lui laisser la possibilité de renverser puis de nettoyer après (à force de le faire, il y arrivera).
  • Apprendre à se servir de ses couverts.

Quelques chiffres

Villes

11 villes clientes depuis 2015

Accueils

13 accueils gérés à l’année depuis 2015

Directeurs

27 directeurs/directrices et directeurs adjoints/directrices adjointes depuis 2015

Animateurs

Entre 50 et 200 animateurs/animatrices en CDI/CDD à l'année depuis 2015

Enfants

Plus de 6 000 enfants accueillis tous les jours

Kids Attitude

Si vous recherchez des NAP/TAP et des projets innovants pour votre collectivité, votre solution s’appelle Kids Attitude

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez la politique de cookies.